La vie et l’oeuvre de Freud ont donné lieu à d’innombrables publications. Or, on ne trouve rien, ou presque rien, sur l’appartenance de Freud, plus de quarante ans durant, à la loge Wien, au sein du B’nai B’rith, une obédience maçonnique juive. Le sujet est injustement méconnu. Les biographes de Freud ne l’ont pas toujours su ou ne l’ont jamais révélé. Il existe donc un trou dans la trame historique de la psychanalyse, dont la transmission est inséparable de l’histoire de la vie de Freud.

Ecole freudienne de Paris Ecole freudienne de Paris psychanalystes

Israël franc-maçonnerie antisémitisme

 FREUD   

    ECOLE FREUDIENNE DE PARIS     

  ISRAëL     

secret livre 

 LIVRE       

salon du livre juif Freud Franc maçon littérature freudienne

PSYCHANALYSTES      

Freud franc macon littérature freudienne littérature freudienne

   20/09/2017   littérature freudienne    

   PSYCHANALYSTES   

littérature freudienne freud franc-macon ouvrage

  PSYCHANALYSTES   

psychanalyse Israël salon du livre juif

   FREUD FRAND-MAçON  

psychanalyse  Lacan

  20/09/2017       

      LIVRE  

    PSYCHANALYSTES      

     FREUD FRANC MAçON    

psychanalyse Jean Fourton salon du livre juif

   JEAN FOURTON   

    FREUD FRANC-MACON       

  20/09/2017   psychanalystes    

 freud franc-macon ouvrage

      20/09/2017   freud frand-maçon  

B'nai B'rith franc-maçonnerie B'nai B'rith

   LITTéRATURE FREUDIENNE     

 Jean FOURTON



      FREUD Franc-maçon     ...et on ne le savait pas.



English English translation
Deutsche Deutsche Übersetzung
Spanish Spanish traducción
 

Parce que rien de la vie de Freud ne peut être dissocié ni de son cheminement d´explorateur de l´inconscient, ni de son invention de la psychanalyse, il est important aujourd´hui de réparer cet oubli. L´auteur ne se contente pas, dans cet ouvrage, de retracer le parcours initiatique de Freud, il permet au lecteur de découvrir l´ensemble d´une oeuvre sous une autre perspective.

SIGMUD FREUD par Jean Fourton
© http://www.jeanfourton.com



 73 ans après la mort de Freud, on découvre qu’il a donné à ses frères en loge la primauté de ses travaux. Ainsi, le travail sur le rêve, voie royale de l’inconscient, fut, pour la première fois, dévoilé en loge en 1897.

 Voici exposé un complément de biographie qui rend le médecin viennois à la fois plus proche, plus fragile, plus intime, mais aussi plus mystérieux. Un homme capable de parler à tout le monde de théories complexes qui ont bouleversé notre compréhension de l’homme.

 Cette "révélation" est le maillon manquant dans la chaîne du roman et du savoir freudiens.

 Quarante-deux ans de fidélité discrète au B’nai B’rith. Freud n’a été si longuement et fermement assidu à aucune autre institution au cours de sa vie. Pourtant, il se disait sans conviction confessionnelle.

 L’auteur analyse ici les relations fructueuses, mais méconnues, que Freud a entretenues avec le B’nai B’rith et la transmission, jusqu’à aujourd’hui, d’un silence à ce sujet. vL’auteur a longuement étudié les archives du B’nai B’rith et les archives freudiennes de Washington désormais accessibles au grand public.

 Un livre qui s’adresse au grand public curieux, mais aussi aux milliers d’analystes et d’analysants intimement concernés par l’aventure freudienne et le transfert à Freud dans leurs pratiques au quotidien.





La loge maçonnique, un refuge chaleureux et attentif pour l’exclu que Freud était


    Au XIXe siècle règne un climat résolument hostile aux Juifs, tout particulièrement dans la capitale autrichienne. Au printemps 1897, l’année d’acceptation de Freud au B’nai B’rith, l’empereur François-Joseph cède à la pression de l’opinion publique et accepte un militant antisémite, Karl Lüger, comme maire de Vienne. La tension est vive…

    Les motivations justifiant que Freud se tourne vers la franc-maçonnerie sont probablement multiples, mais deux d’entre elles s’imposent : l’isolement et l’état dépressif traversés par Freud. En raison des découvertes qui scandalisent son époque, à peu près tout le monde, sauf son ami et médecin Edmund Kohn, lui tourne le dos. De surcroît, en octobre 1896, Freud perd son père Jakob, ainsi que son père spirituel, Jean-Martin Charcot.

    Pour le sortir de son isolement, Edmund Kohn suggère à son patient sérieusement dépressif de déposer une demande d’entrée au B’nai B’rith, dont il fait lui-même partie. Il propose de le parrainer. L’initiation de Freud aura lieu deux ans après sa demande, le 29 septembre 1897, à la loge Wien.

    Freud ne trouvera nulle part ailleurs que dans cette loge un secours, un refuge, un accueil aussi solidaire, chaleureux et attentif. Il y restera fidèle durant quarante-deux ans et en fera un usage privilégié. Car une loge est un échantillon, un miroir de la société. Freud y rencontrera des individus appartenant à des horizons socio-professionnels extrêmement divers. Elle deviendra son premier auditoire, avant même les facultés et les sociétés savantes.

    Cette incise biographique n’est en rien anecdotique. Au contraire ! Le fait que Freud fut franc-maçon a une importance capitale dans l’histoire et la transmission de la psychanalyse. « Imaginons que, de génération en génération, on se repasse presque religieusement un livre auquel manque une page. Il y a des limites à naviguer sans visibilité. Surtout quand le domaine clinique est concerné. […] Dans les repères chronologiques de l’histoire freudienne, il y a d’habitude un trou, entre 1895 et 1900, comme si rien ne s’était passé, notamment en 1897… » Quel sens donner à cette étrange absence ? L’auteur nous éclaire dans cet ouvrage.


Un intérêt historique fondamental


    L’appartenance fidèle, mais presque occulte, de Freud, de 1897 à sa mort en 1939, à l’ordre franc-maçonnique du B’nai B’rith et l’usage qu’il fit de l’auditoire de cette institution revêtent un intérêt historique.

    Le 7 décembre 1897, Freud donna sa première conférence sur le rêve, la seconde étant programmée le 14 décembre. Encouragé par le succès rencontré lors de ce test, il produira le même travail à l’université de Vienne devant trois auditeurs… De quoi le conforter dans le choix de son nouveau public. Ainsi, il prononcera au moins vingt-sept conférences dans sa loge, ce qui demeure quasiment inconnu aujourd’hui.

    Au-delà de ses interventions, Freud s’engage à titre plus personnel dans son obédience. Son sens communautaire prévaut. Par exemple, il fonde à Vienne, en 1900, trois ans après son intronisation, une nouvelle loge qui s’appellera Harmonie, un mot qui fait partie du triptyque de base du B’nai B’rith : Bienveillance-Amour fraternel-Harmonie.

    Le B’nai B’rith fait ainsi partie de la globalité de l’histoire affective, donc transférentielle, investie par l’inventeur de la psychanalyse et généralement, sans le savoir, par ses successeurs, ses héritiers jusqu’à aujourd’hui.


Un ordre généreux et discret


    Aujourd’hui, l’ordre du B’nai B’rith est présent dans plus de cinquante pays et réunit environ 500 000 membres à travers le monde. Au temps où Freud en était membre, il en comportait dix fois moins. Il est toujours très actif, discret, généreux, tolérant, caritatif et juif.

  L’institution a vu le jour au XIXe siècle, alors que l’antisémitisme régnait dans les autres obédiences maçonniques du monde. Elle n’est pas seulement un laboratoire d’idées ; mais son travail altruiste sur le terrain international, dans l’ombre, est remarquable, et ce depuis très longtemps. Déjà au lendemain de la première guerre mondiale, sous l’égide du président Wilson, le B’nai B’rith a contribué à rédiger le traité de Versailles, notamment sur la question de la protection des minorités.

  Mais, en raison de sa discrétion, le B’nai B’rith demeure encore aujourd’hui peu connu du grand public. Pourtant, il répond présent dans le monde chaque fois que la situation l’exige.



Des actes concrets en harmonie avec ses convictions séculaires


    Au-delà de son activité culturelle considérable, il finance des hôpitaux (cinq à travers le monde), des orphelinats (sept), des établissements d’enseignement, des maisons de repos, des pouponnières, des plantations de forêts, des centres pour enfants inadaptés, des parrainages d’enfants nécessiteux, etc. L’institution s’engage dans les grandes causes internationales et la réparation de catastrophes naturelles dans un esprit de tolérance exemplaire, ses soutiens étant tournés vers des populations ou des particuliers aussi bien juifs que non-juifs.











English Freud, Freemason.

This book reveals a little-known, even secret aspect of Freud's life. He was a freemason for the last 42 years of his 83-year-long life. It was often to his B'nai B'rith Jewish masonic lodge in Vienna, which was an unfailingly generous source of support to him, that he first divulged his discoveries. Seventy-three years after the great man's death, revelation of this missing page in Freud's biography is of very considerable importance - not only for the history and day-to-day clinical practice of psychoanalysis and its transmission in the name of the right to knowledge, but also for a clearer understanding of the ways in which the unconscious operates in each one of us. The author, Jean Fourton is a visual artist, researcher and lecturer, and has practised as a psychoanalyst since 1973. He was a member of the Freudian School of Paris founded by Jacques Lacan, whose analysand and pupil he was over the course of a generation.
up










Deutsche Freud, der Freimaurer.

Dieses Buch enthüllt eine unbekannte, sogar geheime Facette des Lebens von Freud. In den letzten 42 Jahren seines Lebens - er wurde 83 - war er Freimaurer. Seiner Wiener Loge B'nai B'rith, einer jüdischen wie das Freimaurertum aufgebauten Institution, die ihm stets eine große Stütze war, vertraute er häufig als Erste seine Entdeckungen an. 73 Jahre nach dem Tod des Genies ist die Aufdeckung dieser Seite, die in der Biografie von Freud bis jetzt fehlte, sicherlich für die Geschichte der Psychoanalyse, ihre klinische Praxis im Alltag, ihre Umsetzung im Namen des Rechts auf Wissen, aber auch für ein klares Verständnis der Art und Weise, wie das Unterbewusste in jedem von uns arbeitet von großer Bedeutung. Der Verfasser, Jean Fourton, ist ein bildender Künstler, Forscher, Referent und seit 1973 hauptsächlich Psychoanalytiker. Er war Mitglied der von Jacques Lacan gegründeten Ecole Freudienne in Paris, dessen Analysant und Schüler er im Laufe der Jahre über eine ganze Generation hinweg war.
up










Spanish Freud francmasón.

Este libro desvela un aspecto desconocido e incluso secreto de la vida de Freud. Fue francmasón los últimos 42 de los 83 años de su vida. Frecuentemente confió la primicia de sus descubrimientos a su logia de Viena del B'nai B'rith, de obediencia masónica judía, que para él siempre supuso un importante apoyo. Setenta y tres años después de la muerte del genio, desvelar esta página que faltaba en la biografía de Freud tiene una gran importancia para la Historia del psicoanálisis, su ejercicio clínico diario, su transmisión en nombre del derecho a saber, así como para una comprensión más clara de las modalidades de funcionamiento del inconsciente de cada uno de nosotros. El autor, Jean Fourton, es artista plástico, investigador, conferenciante y, en primer lugar, psicoanalista desde 1973. Fue miembro de la Escuela Freudiana de París fundada por Jacques Lacan de quien fue sujeto de análisis y alumno durante años, a lo largo de una generación.
up





















ACCUEIL  |  LE LIVRE  |  L'AUTEUR  |  ACTUALITES/PRESSE  |  CONTACT/LIENS

Copyright Jean Fourton © 2012 - version 1.2.0
Vous êtes le 59451 ème visiteur